FAFCE

Fédération des Associations Familiales Catholiques.

Communiqué de Presse | Le Parlement Européen condamne clairement toute forme de gestation pour autrui (GPA)

Aujourd’hui, en adoptant le rapport annuel sur les droits de l’Homme et la démocratie dans le monde 2014 et les politiques de l’Union Européenne à ce sujet déposé par le Député européen Cristian Dan Preda (PPE, Roumanie), le Parlement Européen a approuvé entièrement le paragraphe 114, condamnant «  la pratique de la gestation pour autrui, qui avilit la dignité de la femme à partir du moment où son corps et ses fonctions reproductives sont utilisés comme une marchandise ». Le Parlement Européen «  considère que la pratique de la gestation pour autrui qui implique une exploitation de la reproduction et l’utilisation du corps humain pour des gains financiers et autres, particulièrement dans le cas de femmes vulnérables dans les pays en voie de développement , devrait être interdite et considérée comme un sujet urgent à traiter dans les instruments des droits humains. »

La FAFCE accueille chaleureusement la position du Parlement Européen sur cette question cruciale, qui touche à la dignité humaine de toutes les parties en jeu, principalement en méprisant l’intégrité physique et mentale des femmes et des enfants. Cette position confirme la fermeté de cette institution à ce propos, déjà adoptée en 2011, avec la Résolution sur les priorités et aperçu d’un nouveau cadre politique de l’Union Européenne pour combattre les violences contre les femmes, reconnaissant «  le sérieux problème de la GPA qui constitue une exploitation du corps de la femme et de ses organes reproducteurs » . Avec cette résolution le Parlement Européen soulignait déjà «  que ces nouvelles dispositions reproductives, telle que la GPA, augmente le trafic de femmes et d’enfants et l’adoption illégale par-delà les frontières nationales ».

Maintenant, le Parlement Européen considère aussi que la pratique de la GPA devrait être interdite et traitée comme un sujet d’urgence dans les instruments des droits de l’homme. Nous remarquons l’importance de cette résolution à un moment où certains états membres discutent de ces sujets et que l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (PACE) est aussi en train de débattre à propos du rapport sur Les droits humains et les questions éthiques liées à la GPA.

Nous souhaitons mettre en lumière le fait que, même au sein des groupes politiques qui s’opposaient au paragraphe sur la GPA, plusieurs députés le soutenaient. « Nous regrettons aussi que certaines questions problématiques soient restées dans le texte, en contradiction avec les principes de subsidiarité de la dignité humaine. Néanmoins, nous voyons certains votes d’aujourd’hui comme un signe d’espoir, en nous apercevant que différentes opinions se côtoient à l’intérieur de tout groupe politique » note Antoine Renard , président de la FAFCE.

L’appel à travailler dans le sens de l’abolition de la peine de mort (par.87), et la position claire en faveur de l’interdiction de la gestation pour autrui exprimée dans la résolution adoptée sont des bonnes nouvelles pour lesquelles nous félicitons le Parlement Européen. Nous convions les institutions de l’Union Européenne à suivre cette ligne afin de traiter systématiquement la GPA comme un sujet d’urgence, en combattant le trafic d’êtres humains à des fins d’exploitation de la reproduction et incitons les Etats Membres à rechercher un instrument international qui puisse faire cesser cette pratique de manière effective.

Ensemble nous pouvons stopper la GPA dès à présent ! 

Contact

Inscription à la Newsletter

Impossible de trouver la liste dont l'ID est : 211260049f

youtube-icone-8916-128

twitter-icone-3703-128

facebook-icone-8470-128