Résolution du Conseil de la présidence de la FAFCE: Appel à un Pacte européen de natalité

Bruxelles, le 9 octobre 2019

 

Le nouveau Parlement européen débute ses activités législatives et les Membres du Collège des Commissaires européens ont commencé à présenter des programmes concrets. Lors de la période des dernières élections européennes, la FAFCE a mené la campagne « Votez pour la Famille », avec un Manifeste intitulé « Des familles fortes pour des sociétés florissantes ». Nous avons également écrit que les manifestes ne sont pas suffisants. Nous devons nous engager, en tant que familles, et avec tous les décideurs politiques européens, à reconstruire les relations et la communauté en Europe.

Rappelant la Déclaration du 20e anniversaire de la FAFCE – Les familles sont le trésor de l’Europe et la pierre angulaire du futur (Rome, 31 mai 2017) appelant les États européens à promouvoir et à créer des politiques familiales au niveau national et à promouvoir des politiques européennes favorables à la famille, tout en respectant le principe de subsidiarité;

Rappelant sa Résolution pour un printemps démographique (Vienne, 13 avril 2018) demandant de mettre la famille au cœur des politiques nationales, pour que l’hiver démographique puisse devenir un printemps démographique et façonner le futur de l’Europe ;

Rappelant sa Résolution - Reconstruire l’Europe à partir de la famille (Malte, 15 mai 2019), invitant toutes les familles européennes à être les protagonistes de politique familiales innovantes, considérant la famille comme le noyau reproductif qui donne vie à tous les secteurs de la société, en lien avec l’éduction, l’économie et l’emploi ;

Considérant que les parents, ou tuteurs légaux, ont la responsabilité première de l’éducation et du développement de l’enfant (Convention internationale des droits de l’enfant, Art. 18.1.),

notre Conseil de présidence, réuni à Bruxelles, invite tous les décideurs politiques européens à établir un Pacte européen de natalité, s’assurant qu’il n’existe pas d’obstacles dans les politiques publiques pouvant interférer avec l’engagement personnel des parents et leur souhait de développer une famille, en commençant par les points suivants :

 

  1. Considérer sérieusement le désir concret et légitime des jeunes personnes de fonder une famille et le fait que ce désir soit trop souvent empêché par des raisons culturelles et économiques ;
  2. Travailler pour une société où les familles reçoivent une juste reconnaissance financière pour leur service et leur contribution à la société, et assurer que les familles aient accès au soutien d’infrastructures et puisse posséder suffisamment de temps ensemble, afin qu’ils puissent réaliser leur désir d’enfant ;
  3. Lors de la mise en place de la nouvelle Directive sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, prendre en compte les spécificités de chaque État membre et s’adapter en fonction de celles-ci, afin de garantir une véritable liberté de choix pour les parents. L’allaitement doit être assuré et les liens des mères et des pères avec leurs enfants doivent être dûment reconnus ;
  4. Assurer que l’étude d’impact de chaque nouvel ajout ou amendement à la législation européenne prenne en considération l’impact sur les familles et sur la démographie (cf. la lettre envoyée à Mme Dubravka Šuica, Vice-Présidente désignée, Démocratie et Démographie, Commission européenne, Bruxelles, 1er October 2019) ;
  5. Encourager les gouvernements à améliorer leurs politiques familiales et démographiques, qui devraient être considérées comme des investissements sociaux et économiques pour l'avenir de l'Europe.